mardi 15 août 2017

Emily Dickinson pour le poème du mardi de Lydie

The Heart asks Pleasure – first –

And then – Excuse from Pain –

And then – those little Anodynes

That deaden suffering –

               

And then – go to sleep –

And then – if it should be

The will of it’s Inquisitor

The luxury to die –
         
                         
Le Cœur veut du plaisir – d’abord –

Ensuite – des raisons de ne pas souffrir –

Et puis – ces petites choses

Qui adoucissent la souffrance

               

Ensuite – il veut dormir –

Puis – si tel est le plaisir

De son Inquisiteur

Le luxe de mourir.



c'était le poème d'Emily Dickinson(1830/86,Massachusetts) que j'avais choisi d e vous présenter mais voila, en allant sur Wikipedia pour vous présenter l'auteur,je tombe sur celui ci, et je me dis"mais çà c'est moi!!!!"....Comment une jeune femme du 19° s. a t elle pu écrire un texte si intemporel, c'est purement magique!et qu'il me touche tant et soit écrit dans un style si MODERNE et CONTEMPORAIN!!!!(je présente les textes en anglais mais évidemment , je ne goûte Dickinson que dans une traduction, tant pis pour ce que j'aurai peut être manqué du jet initial!)

They shut me up in Prose —  

As when a little Girl

  They put me in the Closet —

  Because they liked me "still" —

Still! Could themselves have peeped —

 And seen my Brain — go round —

 They might as wise have lodged a Bird  

For Treason — in the Pound —

Ils m’ont enfermée dans la Prose —

  Comme lorsque j’étais une Petite Fille

Ils m’enfermaient dans le Placard —

 Parce qu’ils me voulaient « calme » —

Calme ! S’ils avaient pu jeter un œil —

 Et espionner dans mon esprit — le visiter —

Ils auraient aussi bien pu enfermer un Oiseau

 Pour trahison — à la fourrière —


Résumé de ce que j'ai lu sur Wikipédia:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Emily_Dickinson
"née le et morte le , est une poétesse américaine. Née à Amherst dans le Massachusetts, dans une famille aisée ayant des liens communautaires forts, elle a vécu une vie introvertie et recluse.
Bien qu’ayant été un auteur prolifique, moins d’une douzaine de ses presque mille huit cents poèmes ont été publiés de son vivant. Ceux qui furent publiés alors étaient généralement modifiés par les éditeurs afin de se conformer aux règles poétiques de l’époque. Emily devait s e battre pour que ses mots fussent conservés tels qu'elle les avait écrits!
Les poèmes de Dickinson sont uniques pour leur époque : ils sont constitués de vers très courts, n’ont pas de titres et utilisent fréquemment des rimes imparfaites et des majuscules et une ponctuation non conventionnelle. Un grand nombre de ses poèmes traitent de la mort et de l’immortalité, des sujets récurrents dans sa correspondance avec ses amis.
La poésie de Dickinson est un défi car elle est radicale et originale dans son rejet de la plupart des thèmes et techniques traditionnels du XIXe siècle. Ses poèmes exigent un engagement actif du lecteur"
 Lu ailleurs sur le net:
"Puisque son utilisation de tirets est parfois déroutante, çà aide de lire ses poèmes à haute voix pour entendre à quel point les mots sont organisés. Ce qui peut sembler intimidant sur une page silencieuse peut surprendre le lecteur avec une signification lorsqu'on l'entend. "

Cette femme issue d'une grande famille bien intégrée dans la vie sociale ,intellectuelle  et politique de la ville où elle réside depuis toujours, passera sa vie 
enfermée chez elle, n'ayant de contacts avec l'extérieur que par l'écrit_originale, écorchée vive et idéaliste...
J'aime ce que je connais d'elle ,ses mots me touchent en profondeur et les façons de s'exprimer aussi malgré son obsession de la mort.C'est une des plus grandes poétesses américaines.

10 commentaires:

  1. Et bien ce nom ne me dit rien... Le coeur, le corps, eh oui les bons plaisirs de la vie, quand il n'en reste rien, partir, demander à partir, car la vie n'en voudra plus la peine...drôle d'existence la dame tout de même, merci...

    RépondreSupprimer
  2. je te souhaite une belle journée ! aujourd'hui il y a mon article sur Nantes ! bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. Quelle plume en effet elle traverse les âges sans une ride. Merci pour le partage.

    RépondreSupprimer
  4. sur ma table de nuit, j'ai ses poèmes, pas souvent gais, mais si beaux.......A lire La dame blanche de Bobin, un beau livre sur cette mélancolique si sensible aux riens qui sont tout!!

    RépondreSupprimer
  5. A parcourir le roman de sa vie, elle était très perturbée et ces quelques vers le reflètent assez.

    RépondreSupprimer
  6. Oh ! Toute sa vie enfermée chez elle ... curieux tout de même ! Ces mots révèlent bien sa vie ... bonne toute fin de ce jour Evelyne ! Amitiés♥

    RépondreSupprimer
  7. oups oublié de passer--- nous sommes allés faire bénir notre bateau à Port La Nouvelle- hier -
    puis resto - rien n'était prévu-
    ça ne m'inspire pas trop non plus- c'ets bien on découvre d'autres horizons-
    belle journée- bises-

    RépondreSupprimer
  8. entendu parler de Dickisson E. mais jamais lu quelque chose j'aime bien. Bisousssss

    RépondreSupprimer
  9. Belle découverte, quel esprit!!

    RépondreSupprimer
  10. Un poème très actuel. Je ne connaissais rien d'elle et si j'envie son talent, je n'envie pas sa vie...

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email