samedi 19 août 2017

Alexis Douillard et la Bouteillerie, pour le tableau du samedi de Lydie


La déambulation proposée en ce moment au cimetière de la Bouteillerie de Nantes associe des tombes étonnantes et des tableaux du musée des arts.
Ainsi, cette peinture d'Alexis Douillard   (Nantes,  1835 – Nantes,ou Meudon, suivant les sources,  1906),
 132X93 cm , peinture à l'huile sur toile, peinte avant1903,
"la soeur de charité"

Alexis Douillard a été élève d'Hippolyte Flandrin, et de Jean-Léon Gérôme, il exposa régulièrement au Salon de Paris dès 1861. Il fut pourtant cantonné à des commandes nantaises locales ,néanmoins avec succès et se consacra principalement aux portraits et aux décorations, surtout religieuses.(d'après wiki)


             La grande détresse que je lis dans ce tableau,ces deux personnages qui semblent attachés l'un à l'autre dans le même besoin d e protection,pose hiératique de la soeur image du renoncement et câlin pathétique de la petite, accrochée à elle comme une noyée, qu'attend elle de sa vie?-la beauté des visages-le rouge qui tranche,et attire le regard, livre religieux,le rappel de ce que fut la pauvreté ,totale ,pour bien des gens,au milieu et fin du 19°s(à Nantes je ne sais pas dans l'ensemble, par petites touches ce fut apparemment terrible, mais j'ai lu pas mal de rapports sur la misère à Paris à cette époque et ce ne fut pas une époque apaisée!),font que ce tableau me touche ....
Je suis touchée mais est ce que j'aime ce tableau?non...il me glace....

Il est associé à une tombe spectaculaire:


plus belles que ma photo,celle du site "petit patrimoine",là:
http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=44109_36


bon, maintenant que je vous ai bien plombé votre samedi, je me retire sur la pointe des pieds....Samedi prochain , je vous présenterai un tableau moins...ou plus....autre chose, quoi.....et pas au cimetière....

12 commentaires:

  1. l'austérité de la soeur -- le sourire gêné de la petite- on croirait qu'elle a honte-
    ça ne donne pas une image positive de la religion !!
    Maman a été placée chez les soeurs pendant que sa mère était gravement opérée des côtes enlevées---- on lui resservait ses poireaux du soir le lendemain au petit déjeuner----- toutes n'avaient pas le coeur sur la main----
    un bon choix, on ne peut toujours montrer de jolies marquises ! lol
    merci pour ta participation- bisous-

    RépondreSupprimer
  2. J'ai été dans les écoles des sœurs quand j'étais enfant et aucune ne m'a jamais serrée contre elle comme ça ! Elles étaient souvent brusques avec l'enfant rêveuse que j'étais. Pas violentes, non, mais exigeantes et rigides. C'est peut-être grâce à elles que j'ai été une bonne élève jusqu'au brevet. Quand je suis rentrée au lycée en seconde je me sentais beaucoup plus libre !
    Eh bien tu vois, ta publication n'est pas si réfrigérante que ça, puisqu'elle me ramène à mon enfance !
    Mais le commentaire de Gaëlle le Guillou parle d'une femme qui donne le sein tandis qu'une religieuse exhorte à l'instruction, ça ne doit pas être le même tableau.

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est pas le livre que j'ai vu en premier mais la collerette blanche de la soeur, point de départ de la circulation du regard qui passe par les visages pour finir sur le livre. Tableau assez glaçant c'est vrai à peine adouci par le rouge du livre.

    RépondreSupprimer
  4. L'austérité de la soeur face à timidité de la fillette en fait un contraste.
    La soeur aînée retourne-t-elle au couvent et la petite s'accroche-t-elle pour qu'elle reste, les interprétations sont ouvertes.
    C'est vrai qu'il est un peu froid ce tableau.
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Je suis allée à l'école des bonnes soeurs, habillées plus ou moins pareilles, non pas des tendres, on ne rigolait pas avec, en primaire j'en ai eu trois, dont la cousine de ma grand-mère qui me donnait l'été des cours particuliers, payants... !! Laissez venir à moi les petits cents francs, ceci dit le tableau est expressif... merci, bises

    RépondreSupprimer
  6. J'ai fait mon CP avec une bonne soeur. Je m'en souviens encore...

    RépondreSupprimer
  7. J'ai de très mauvais souvenirs de sœurs soignantes dans une clinique au début de mon apprentissage dans mon métier, alors, je suis très peu réceptive à ce tableau, je dirais pauvre petite fille!!

    RépondreSupprimer
  8. Je suis touchée aussi par ce tableau malgré son côté "glaçant"...
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Cela me glace aussi parce que je connais le sadisme de certaines religieuses enseignantes ...Souvenir de Sœur Marie de la Croix (!) en classe de 6 ème . Brrrr
    Bisous

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai jamais côtoyé de soeur et cela ne me manque pas. Je trouve ce tableau triste et n'en voudrais pas chez moi. Bisous

    RépondreSupprimer
  11. Je me suis rendue compte que je m'étais trompée de prénom sur ton blog bien après , et j'ai oublié de revenir. J'ai une Marie-Hélène qui habite dans notre secteur aussi.
    Autrement quand on parle de ciel en peinture on dit des "ciels", (correctissimo)je sais, moi aussi ça m'a déplu au début , et je sais que beaucoup doivent penser que j'ai fait une faute. Ca me gêne autant quand je lis UNE après-midi au lieu de UN, mais sur les dico de maintenant c'est autorisé. Ceci dit je n'ai pas le monopole du savoir bien écrire.
    Jean-Paul Barré peintre en Brière à Crossac (un ami peintre pro)que tu connais peut-être peint des ciels magnifiques, c'est une pure merveille. http://www.jeanpaulbarre.com/
    Grand spécialiste des paysages.
    Bisous Evelyne, du coup je ne me trompe pas!

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email