mardi 25 septembre 2018

Aragon ,poème à crier dans les ruines, pour le poème du mardi de Lydie

J'ai eu beau le raboter,ce poème est long...Pas le temps?pas l'envie?je vous invite à lire juste la fin en rose...qui n'est pas du tout une fin rose!
quelqu'une sur un réseau avait juste envoyé les derniers vers,qui sont assez ...majestueux pour presque se suffire à eux mêmes, je suis allée chercher sur le net le reste du poème et on en prend une grande claque derrière les oreilles....
Aragon, c'est Aragon, c'est pas Petit papa Noël...
et comme dirait le même,il n'y a pas d'amour heureux...
si?
ah , d'accord...
mais pas celui là!




Poème à crier dans les ruines, par Louis Aragon.



Tous deux crachons tous deux
Sur ce que nous avons aimé
Sur ce que nous avons aimé tous deux
Si tu veux car ceci tous deux
Est bien un air de valse et j’imagine
Ce qui passe entre nous de sombre et d’inégalable
Comme un dialogue de miroirs abandonnés
(....)

Je me souviens de ton épaule
Je me souviens de ton coude
Je me souviens de ton linge
Je me souviens de tes pas
(....)
Je me souviens de tant de choses
De tant de soirs
De tant de chambres
De tant de marches
De tant de colères
De tant de haltes dans des lieux nuls
Où s’éveillait pourtant l’esprit du mystère pareil
Au cri d’un enfant aveugle dans une gare-frontière
Je me souviens
Je parle donc au passé Que l’on rie
Si le cœur vous en dit du son de mes paroles
Aima Fut Vint Caressa
Attendit Épia les escaliers qui craquèrent
0 violences violences je suis un homme hanté
Attendit attendit puits profonds
J’ai cru mourir d’attendre
Le silence taillait des crayons dans la rue
Ce taxi qui toussait s’en va crever ailleurs
Attendit attendit les voix étouffées
Devant la porte le langage des portes
Hoquet des maisons attendit
Les objets familiers prenaient à tour de rôle
Attendit l’aspect fantomatique Attendit
Des forçats évadés Attendit
Attendit Nom de Dieu
D’un bagne de lueurs et soudain
Non Stupide Non
Idiot
La chaussure a foulé la laine du tapis
Je rentre à peine
Aima aima aima mais tu ne peux pas savoir combien
Aima c’est au passé
Aima aima aima aima aima
0 violences
Ils en ont de bonnes ceux
Qui parlent de l’amour comme d’une histoire de cousine
Ah merde pour tout ce faux-semblant
Sais-tu quand cela devient vraiment une histoire
L’amour
Sais-tu
Quand toute respiration tourne à la tragédie
Quand les couleurs du jour sont ce que les fait un rire
Un air une ombre d’ombre un nom jeté
Que tout brûle et qu’on sait au fond
Que tout brûle
Et qu’on dit Que tout brûle
Et le ciel a le goût du sable dispersé
L’amour salauds l’amour pour vous
C’est d’arriver à coucher ensemble
D’arriver
Et après Ha ha tout l’amour est dans ce
Et après
Nous arrivons à parler de ce que c’est que de
Coucher ensemble pendant des années
Entendez-vous
Pendant des années
Pareilles à des voiles marines qui tombent
Sur le pont d’un navire chargé de pestiférés
Dans un film que j’ai vu récemment
Une à une
La rose blanche meurt comme la rose rouge
Qu’est-ce donc qui m’émeut à un pareil point
Dans ces derniers mots
Le mot dernier peut-être mot en qui
Tout est atroce atrocement irréparable
Et déchirant Mot panthère Mot électrique
Chaise
Le dernier mot d’amour imaginez-vous ça
Et le dernier baiser et la dernière
Nonchalance
Et le dernier sommeil Tiens c’est drôle
Je pensais simplement à la dernière nuit
Ah tout prend ce sens abominable
Je voulais dire les derniers instants
Les derniers adieux le dernier soupir
Le dernier regard
L’horreur l’horreur l’horreur
Pendant des années l’horreur
Crachons veux-tu bien
Sur ce que nous avons aimé ensemble
Crachons sur l’amour
Sur nos lits défaits
Sur notre silence et sur les mots balbutiés
Sur les étoiles fussent-elles
Tes yeux
Sur le soleil fût-il
Tes dents
Sur l’éternité fût-elle
Ta bouche
Et sur notre amour
Fût-il
Ton amour

Crachons veux-tu bien







 *****************************************************************

impressionnant,non? violent,hein?!

dimanche 23 septembre 2018

samedi 22 septembre 2018

Enchères LU à Drouot pour le tableau du samedi de Lydie

Un article nanto-nantais ce samedi mais qui concerne l'imaginaire gourmand de tous les Français.
Pas un tableau que j'aime mais du patrimoine.
En même temps je ne peux pas dire que je n'aime pas, j'ai une reproduction de cette oeuvre ultra connue sur ma boite d e café et sur une boite à sucres, on habite (près de)Nantes ou on n'y habite pas!

Les enfants à la vitrine, de Vincente  Bocchino,vers 1904,encre et gouache sur carton.86X55cm

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/encheres-lu-drouot-ville-nantes-acquiert-entre-autres-oeuvre-bocchino-1544086.html#xtor=EPR-32-[alerte%20mail%20F3R]-20180919-[alerte-bouton]




jeudi 20 septembre 2018

Cziffra passe son Bach haut la main.

saisissante interprétation de ces morceaux très connus de Bach.Première partie angoissante,ambiance noire et pesante et ensuite l'égrènement des notes absolument obsédant.
C'est étonnant,perturbant et virtuosesque
(oui oui çà va, je sais!!!!Mais VIRTUOSE me semble démesurément trop court face à Cziffra)




mercredi 19 septembre 2018

JIBRIL pour la cour de récré de Jill BIll (et pas le contraire)

Sans vouloir être désagréable❤, le prénom ne m'inspirait rien,sauf le musculeux Jibril Cisse, évidemment...😇(mais j'avoue qu'il m'inspire peu, quand même....)
Or, ce mercredi je ne serai pas devant mon écran, non, je serai le matin dans (ou au pire devant) le tribunal administratif de Nantes,puisque 4 (au moins) associations dont la LDH et la Cimade44 assignent la ville de Nantes en justice pour traitement dégradant envers quelques 600 migrants délaissés en hyper centre de Nantes depuis des mois et des mois.
S'il y a de la place (assos, journalistes,nombreux....)je suivrai le débat de l'intérieur.Sinon, je discuterai dehors avec les gens qui se seront déplacés.

Du coup Jibril....

Jamais tu n'aurais cru qu'en France aussi on sache si bien être
inhumain
besoins élémentaires inassouvis
rien ni toit ni éducation 
irrespect total de l'homme,on vous efface 
loin de nos vies si remplies que nous ne vous voyons même plus


https://www.presseocean.fr/actualite/nantes-conditions-de-vie-des-migrants-des-associations-saisissent-la-justice-16-09-2018-281908 

photo médecins du monde

mardi 18 septembre 2018

je t'aime pour le poème du mardi de Lydie





Je t'aime ,Paul Eluard



Je t'aime pour toutes les femmes que je n'ai pas connues
Je t'aime pour tous les temps où je n'ai pas vécu
Pour l'odeur du grand large et l'odeur du pain chaud
Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
Pour les animaux purs que l'homme n'effraie pas
Je t'aime pour aimer
Je t'aime pour toutes les femmes que je n'aime pas

Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu
Sans toi je ne vois rien qu'une étendue déserte
Entre autrefois et aujourd'hui
Il y a eu toutes ces morts que j'ai franchies sur de la paille
Je n'ai pas pu percer le mur de mon miroir
Il m'a fallu apprendre mot par mot la vie
Comme on oublie

Je t'aime pour ta sagesse qui n'est pas la mienne
Pour la santé
Je t'aime contre tout ce qui n'est qu'illusion
Pour ce coeur immortel que je ne détiens pas
Tu crois être le doute et tu n'es que raison
Tu es le grand soleil qui me monte à la tête
Quand je suis sûr de moi.

lundi 17 septembre 2018

thème de la liste de Schindler,Katica Illenyi


une géniale violoniste qui fait jaillir et trembler merveilleusement les aigus(pas très perceptible ici) avec ce thème lancinant et superbe( et tristounet ...soleil dans votre coeur quand même)




le site de cette belle violoniste talentueuse est là:
http://katicaillenyi.com/bio



et si vous aimez,je vous mets le lien là , rien que pour vous,csardas de Monti,elle,le chef d'orchestre et l'orchestre!j'adore cette nana!
https://www.youtube.com/watch?v=BF9uQI-SRv4 

écrire ici votre email