jeudi 30 août 2018

l'amour et les forêts

C'est le titre d'un livre d'Eric Reinhardt que j'ai emprunté récemment et qui m'aura beaucoup marquée...
au point que malgré tout ce que j'ai lu de beau, bien écrit, intéressant, surprenant,(et je suis une lectrice compulsive!) je pense que ce sera mon livre de l'année,ô combien dérangeant!
j'ai lu /écouté beaucoup sur les manipulations, manipulateurs (habitude de lire par thématiques) parce que c'est un sujet sensible pour moi et dès que j'ai commencé à lire ce livre, oumpf...j'ai été prise entre deux feux:la superbe écriture passionnelle de Reinhardt(mais comme il écrit bien sur les femmes,ce type!) et le sujet qui me fait froid dans le dos...
au point que bizarrement , j'ai lu le premier chapitre(çà ce n'est pas bizarre) et ensuite ,voyant s e profiler une histoire de manipulation dans un couple,assez prévisible mais néanmoins pénible, je me suis mise à piocher un chapitre ici, un autre là, dans le désordre, histoire d e diminuer les effets du malaise qu'un livre sur ce sujet me procure(incapacité à prendre le recul nécessaire),chaque chapitre constituant du coup, bizarrement, une entité à part, un tableau se suffisant à lui même.
Puis j'ai relu le livre dans l'ordre...
J'ai beau avoir parlé de ce livre à un tas de personnes (copines, fiston, réseau social etc...)je n'en suis toujours pas remise.
Ce livre est une superbe claque, mais quelle découverte magnifique de la sensibilité de l'auteur...
Je pourrais vous faire un ti résumé qui va bien, mais je voudrais tellement vous donner envie de découvrir avec la même innocence que moi ce roman, vous faire entrer vierge dans cette histoire, que je reste aussi vague que possible,espérant que mon émotion perceptible vous incite à le lire.
si vraiment vous voulez en savoir plus, allez là:(par exemple)
https://culturebox.francetvinfo.fr/eric-reinhardt/l-amour-et-les-forets-roman-hyperrealiste-d-eric-reinhardt-sur-le-harcelement-189435

 je veux juste dire aujourd'hui à ceux qui n'ont rien à lire sous la main:essayez ce livre et surtout,surtout, donnez moi votre avis!

mercredi 29 août 2018

Glenn Gould

Cet homme était un génie.Sur cette video ,il est extrêmement émouvant,j'arrive presque à en oublier la musique pour me concentrer sur...sa concentration.
Il est habité
Il est chaque note!
Je suis toujours bouleversée quand je rencontre une personne qui a une passion dévorante,à la fois parce que c'est émouvant, grandiose,admirable, mais aussi parce que c'est un feu intérieur destructeur qui n'épargne pas non plus l'entourage.









et en prime une photo de beau gosse de G.G jeune, pour les personnes qui préfèrent le pianiste au piano





ne me remerciez pas, tout le plaisir était pour moi!


(Mais je le préfère en corps à corps avec son piano dans cette transe qui est souffrance et jouissance).

mardi 28 août 2018

un poême tortueux pour la poésie du mardi chez Lydie


Le thème de ce mardi choisi par jak est ",sinueux"tortueux"
C'est grâce à Ted le magnifique@Ed68358655

 https://twitter.com/Ed68358655

que j'ai lu ce poème de Cendrars, en le découvrant vous comprendrez sûrement ce que je lui ai trouvé de tortueux.
L'ai je aimé?
non
mais il m'a interloquée
il m'a même choquée mais peut être l'ai je pris trop au mot
et du coup ne m'est pas indifférent
En tout cas merci au twitteur de m'avoir parlé de Cendrars qui n'est pas un poète que je connais bien et d'un bel album de Lavilliers.
J'en reparlerai,de Lavilliers, mardi prochain avec un poème que Ted(qui est magnifique)a partagé sur le réseau d e l'oiseau bleu.


(moi je crois que quand on aime il faut rester, profiter partager et si le besoin d e partir est trop fort,on ne part pas seul et puis c'est tout!mais bon, chui une nana romantique, ce que Cendrars n'était pas-c'était mon explication d e texte du jour, au ras des pâquerettes)

Tu es plus belle que le ciel et la mer

Quand tu aimes il faut partir
Quitte ta femme quitte ton enfant
Quitte ton ami quitte ton amie
Quitte ton amante quitte ton amant
Quand tu aimes il faut partir

Le monde est plein de nègres et de négresses
Des femmes des hommes des hommes des femmes
Regarde les beaux magasins
Ce fiacre cet homme cette femme ce fiacre
Et toutes les belles marchandises

II y a l’air il y a le vent
Les montagnes l’eau le ciel la terre
Les enfants les animaux
Les plantes et le charbon de terre

Apprends à vendre à acheter à revendre
Donne prends donne prends



Quand tu aimes il faut savoir
Chanter courir manger boire
Siffler
Et apprendre à travailler

Quand tu aimes il faut partir
Ne larmoie pas en souriant
Ne te niche pas entre deux seins
Respire marche pars va-t’en

Je prends mon bain et je regarde
Je vois la bouche que je connais
La main la jambe l’œil
Je prends mon bain et je regarde

Le monde entier est toujours là
La vie pleine de choses surprenantes
Je sors de la pharmacie
Je descends juste de la bascule
Je pèse mes 80 kilos 
je t'aime








dimanche 26 août 2018

Extérieur d'une errante sans boussole ,pour le défi de Khanel

il était une fois une personne rêveuse qui partait de bon matin pour, se dit elle, 3/4 d'heure de marche.
Elle fit son tour habituel de petit bois,elle en connait tous les chemins par coeur , (c'est un tout petit bois)elle pourrait y marcher les yeux fermés (ce qui serait débile mais pas moins que ce qui va suivre)
Dans ce petit bois il y a des arbres:jusque là tout est normal


Et de l'eau, mais pas trop,la promeneuse est contente car elle aime par dessus tout les endroits où il y a des arbres et de l'eau


Elle a même son endroit à elle, avec son siège et son arbre fort et généreux,aux racines profondes et stables, quand elle veut méditer 







(Zack aussi a son siège mais apparemment il ne veut pas qu'on le lui vole)




Elle part dans l'autre petit sous-bois, escaliers en rondins, petit pont;elle sait bien, la marcheuse qu'elle ne doit pas aller dans les bois de ce côté là car elle finira par déboucher dans le village de la Rivetière et là elle ne retrouvera plus son chemin...





Elle y est allée quand même ?
tant pis pour elle!
car avec son sens de l'orientation absolument imbattable elle ne rentrera au final chez elle que 2H30 plus tard...
(NB: petite précision:de chez la marcheuse à La rivetière ,en réalité=1,7km en ligne droite)

Une chose est sûre,si le matin à 9H on lui avait dit "tu viens faire une petite rando de 2H30?", elle aurait dit "oh non, çà ne me dit rien, je ferai plutôt une petite marche de 45 mn!"


c'était ma participation hautement improbable au défi d'Aoùt de Khanel dont le thème est EXTERIEUR

musique hongroise tzigane


certains savent déjà que j'adore (il n'y  pas un mot plus fort?) la musique tzigane hongroise-et aussi la langue hongroise,que j'ai découverte par l'intermédiaire de la musique et aussi d'un bout d e branche quelque part sur mon arbre généalogique...d'ailleurs à défaut d e trouver un vrai prof d e hongrois dans mon secteur j'ai prospecté sur le net et  commence un début d'apprentissage,j'espère avancer un minimum (voire, un maximum) mais sans locuteur en face, çà va être moins vivant.

Cette musique ci est répétitive et donc très hypnotique.


samedi 25 août 2018

Eugen de Blaas pour le tableau du samedi

J'avais déjà, évidemment, vu de ses portraits de femmes, sans savoir quel en était le peintre.

Pour en lire plus sur c e peintre italien (autrichien?) allez sur Wiki,notre bon ami.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Eugen_de_Blaas

Le tableau que j'ai choisi s'appelle "contemplation"-
La transparence du châle, les détails de la broderie,les plis de cette jupe à la superbe couleur,les petits friselis sur le front ,les positions des mains et les bijoux simples et fins sont extrêmement sensuels.Cette jeune femme est très pensive , contrairement à beaucoup de ses autres sujets,midinettes,coquettes, séductrices et vaguement chipies la galette...










Samedi prochain,de nouveau un de Blaas qui me rappelle mon adolescence...







jeudi 23 août 2018

Rêves d'amour par Cziffra

Une tante érudite et mélomane m'avait offert un 33T de Cziffra quand j'étais enfant (et non, c e n'était pas un enregistrement MP3 sur une clé USB).
Cette interprétation est superbe,ce type était vraiment un virtuose.
un com sur une de ses interprétations (sur Youtube) disait "je me demande combien il a de doigts",c'est vraiment çà, une extraordinaire fluidité et des interprétations très personnelles...


c'était mon petit moment tendresse du jour que je dédie à mon petit fils de 9 ans à la maison ce matin, et qui joue déjà bien du piano .

mardi 21 août 2018

Hermann Hesse pour la poésie du mardi chez Lydie

Dans le brouillard 
Hermann Hesse 


Comme c’est étrange de marcher dans le brouillard !
Solitaire est chaque buisson, chaque pierre,
Aucun arbre n’aperçoit son voisin,
Chacun est bien seul.

Le monde était pour moi plein d’amis
Quand ma vie se déroulait dans la lumière ;
Maintenant que le brouillard est tombé,
Je ne distingue plus aucun d’eux.

En vérité, personne n’atteindra la sagesse
S’il ne connaît aussi les ténèbres
Qui, en silence, inexorablement,
Le séparent de toute chose.

Comme c’est étrange de marcher dans le brouillard !
La vie tout entière est solitude
Nul ne connaît son prochain
Chacun est bien seul.

c'était ma participation pour la poésie du mardi chez Lydie, thème:brume/brouillard,ce poème un peu désabusé du grand écrivain allemand Hermann Hesse (1877/1962),dont j'ai lu plusieurs livres mais dont je découvre pour l'occasion qu'il fut aussi poète.

dimanche 19 août 2018

Purcell contre la chaleur c'est bien

le "cold song" de Purcell+la méthode Coué =la solution quand il fait trop chaud



je commence par la version classique avec Andreas Scholl


et je vous propose aussi cette version que j'adore,par une troupe apparemment subventionnée par Shirley et Dino.
De la fantaisie oui mais de la grande qualité!
un pur plaisir


Maintenant, vous avez moins chaud, non?

samedi 18 août 2018

de Picasso,bis repetita à Matisse pour le tableau du samedi

(encore un article signé "l'inconstante"...allez allez, septembre arrive, elle se reprend, la mamaz!)


Article en trois parties, si vous le permettez, parce qu'on promet, on promet oui...mais on ne tient pas toujours!
Et c'est mal!



1/ alors voila au début c'est c e tableau là que j'ai voulu présenter ce samedi:
"La vie" 1903,Picasso


pour cette magnifique gamme de bleus et cette étrange douceur.
la finesse des corps et la beauté hiératique des visages
aussi parce qu'il me rappelle un tableau de Klimt sur le même thème...(un triptyque qui s'appelle, c e me semble, la vie et la mort)

2/Et puis un doute m'a saisie...ne l'avais je pas déjà présenté?
Recherche faite,si!
il y a 2 ans 1/2 environ.
je vous laisse le lien vers mon article d'alors car il y a un tableau sous ce tableau...

https://danslesmallesdemamazerty.blogspot.com/2016/02/deux-picasso-pour-une-seule-toile-pour.html

J'ai bien failli vous livrer comme çà mon article m'arrêtant là, mais je trouvais que c'était un peu du F......de g.....,ce re-sucé,et je n'aime pas le travail bâclé,ou sinon on n'a rien à dire alors on se tait!
du coup, ce samedi je vous offre gratuitement, mais de bon coeur, ces sublimes anémones(fleurs récurrentes chez lui) de Matisse qui devaient faire mon article de samedi prochain.
Ce sont les fleurs préférées de ma mère.(pas d'autre point commun connu entre elle et Matisse)
J'aime pour les couleurs (complémentaires, non?) mais surtout pour le décor,gai, coloré,(comment çà, chargé?),je le verrais bien, ce décor, chez moi,exit les gris-blancs-crêmes-et autres pâlitudes, roulons nous dans la luxure du chamarré,voila voila c'est tout pour aujourd'hui, avec ce tableau qui me met en joie:



samedi prochain je devrais parvenir à faire mieux, un seul tableau, un seul peintre, un article fouillé...








vendredi 17 août 2018

Firefox=1/Mamaz=0



Maintenant que me voici rentrée,j'ai plus de temps pour aller voir les blogs, lire les poèmes du mardi,voir les tableaux du samedi et autres si affinités.
Oui mais voila...
Je me demande si Firefox (que j'aime énormément depuis des années)n'est pas en train de divorcer en douce....
Comme après chaque remise à niveau, impossible de venir directement sur les blogs et sites où j'aime aller.
Par exemple, je suis sur google, je tape google mail pour aller lire mes mails (MES mails!!!)et cet abruti refuse...
certes très courtoisement:


Hum, nous ne parvenons pas à trouver ce site.

Impossible de se connecter au serveur à l’adresse.... Si l’adresse est correcte, voici trois autres choses que vous pouvez essayer de faire :

    Réessayer ultérieurement.
    Vérifier votre connexion au réseau.
    Si vous êtes connecté au travers d’un pare-feu, vérifier que Firefox a la permission d’accéder au Web.


Quand j'ai tapé 17 fois ,17  FOIS!!!!!!!!!sur "réessayer" pour enfin parvenir où je veux, mes nerfs d'acier flanchent un chouia!!!!!
voila pourquoi, mesdames et messieurs, çà me gonfle, l'ordi, mais çà me gonfle!!!!

et le fiston ingénieur en informatique, il est où , hein??????il est en vacances!!!EN  VACANCES pendant que sa pauvre mère s'arrache les cheveux et pleure des larmes de sang !!!!
C'est sûr!je le déshérite!à ma mort il n'aura pas mon ordi!(Dimitri si tu me lis, te voila au courant!!!)

Voila pourquoi, blogueurs et blogueuses, il faudra excuser mon inconstance cette fois indépendante de ma volonté!

Comme disait ma grand mère,on fait ce qu'on peut, on n'est pas des boeufs!




mardi 14 août 2018

le poème du mardi pour Lydie,tindin, Aragon le retour

 Quand on aime on ne compte pas, dit le proverbe, ce à quoi la vie répond "pourtant on devrait tenir les comptes de l'amour", mais en général elle ajoute çà trop tard.
J'ai bien failli ne plus mettre Aragon sur mon blog, comme je l'avais plus ou moins dit,histoire de faire semblant de n'avoir aucune idée fixe..
Et puis dans une boite à livres sur ma commune je suis tombée sur un recueil datant de 1946 (bizarres sont les gens qui se débarrassent ainsi de tels recueils...mais tant mieux!),"la diane française par Aragon", alors voila...Elsa au miroir...si je savais peindre je la peindrais...c'est bouleversant, de dits et de non dits.


C'était au beau milieu de notre tragédie
Et pendant un long jour assise à son miroir
Elle peignait ses cheveux d'or Je croyais voir
Ses patientes mains calmer un incendie
C'était au beau milieu de notre tragédie 

 






Et pendant un long jour assise à son miroir
Elle peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit
C'était au beau milieu de notre tragédie
Qu'elle jouait un air de harpe sans y croire
Pendant tout ce long jour assise à son miroir 

 


Elle peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit
Qu'elle martyrisait à plaisir sa mémoire
Pendant tout ce long jour assise à son miroir

À ranimer les fleurs sans fin de l'incendie
Sans dire ce qu'une autre à sa place aurait dit 

 


Elle martyrisait à plaisir sa mémoire 

  C'était au beau milieu de notre tragédie
Le monde ressemblait à ce miroir maudit
Le peigne partageait les feux de cette moire
Et ces feux éclairaient des coins de ma mémoire 

 

C'était un beau milieu de notre tragédie
Comme dans la semaine est assis le jeudi 

 

Et pendant un long jour assise à sa mémoire
Elle voyait au loin mourir dans son miroir 

 


Un à un les acteurs de notre tragédie
Et qui sont les meilleurs de ce monde maudit

 


Et vous savez leurs noms sans que je les aie dits
Et ce que signifient les flammes des longs soirs 

 


Et ses cheveux dorés quand elle vient s'asseoir
Et peigner sans rien dire un reflet d'incendie

dimanche 12 août 2018

coucou

Deux mois que je ne suis venue ici!
Je viens vous apporter  le bonjour et de la douceur...
la douceur,çà ne fait jamais de mal...

Articles programmés:
pour mardi:Aragon(çà vous changera un peu...de la fois où j'ai promis" Aragon, çà suffit")
pour samedi:de la peinture,Picasso(çà vous changera de toutes les fois où j'ai mis un tableau de Picasso sur mon blog en prévenant que je n'aimais pas Picasso)

Je me présente,appelez moi "inconstante", c'est mon deuxième prénom!

Et sinon, allez vous bien?


écrire ici votre email