mardi 22 novembre 2016

sardines à l'huile, pour la poésie du mardi de Lady Marianne



Sardines à l’huile

Georges Fourest(1867/1945)

Dans leur cercueil de fer-blanc
plein d’huile au puant relent
marinent décapités
ces petits corps argentés
pareils aux guillotinés
là-bas au champ des navets !
Elles ont vu les mers, les
côtes grises de Thulé,
sous les brumes argentées
la Mer du Nord enchantée…
Maintenant dans le fer-blanc
et l’huile au puant relent
de toxiques restaurants
les servent à leurs clients !
Mais loin derrière la nue
leur pauvre âmette ingénue
dit sa muette chanson
au Paradis-des-poissons,
une mer fraîche et lunaire
pâle comme un poitrinaire,
la Mer de Sérénité
aux longs reflets argentés
où durant l’éternité,
sans plus craindre jamais les
cormorans et les filets,
après leur mort nageront
tous les bons petits poissons !…

Sans voix, sans mains, sans genoux
sardines, priez pour nous !…




fantaisie,tendresse, humour-ou pas-ton décalé-(thon?décalé),un monde imaginaire,imaginé peut- être si proche de la réalité,juste à la limite du rêve et de la réalité, mais qui floute les limites...je crois que je vais plutôt me décapiter un boeuf et m'en payer une tranche....j'ai trop pitié de ces sardinettes....


12 commentaires:

  1. Ah elles méritaient bien quelques vers ces mises en bière pour notre plaisir de table... Gamine j'ai tôt connu la boîte de sardines, ma mère ayant une marque préférée... et puis la fameuse clé en fer pour l'ouvrir qu'on avait au tiroir comme le tire-bouchon et l'autre ouvre-boîte !!!! Merci, bon appétit, bises

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Je connaissais le texte ça remonte. Toujours aussi cinçlant.

      Supprimer
  3. Connais-tu le Phèdre du même auteur ? Je te le recommande:
    Un lien: http://palf.free.fr/theatre/fourest.htm
    Bien à toi.
    Loqmanjp

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Evelyne. J'aime bien ce poème plein d'humour mais je déteste les sardines. Ma mère nous forçait à en manger une fois par semaine, des sardines en boite, et j'en avais horreur. Bisous

    RépondreSupprimer
  5. J'aime cette jolie poésie, très réaliste et écrite avec humour.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  6. J'♥ ça, Evelyne et j'♥ aussi les sardines !
    Bonne nuit !
    Bisous♥

    RépondreSupprimer
  7. Florence - Testé pour vous
    Ah que non, je ne pouvais pas passer à côté des sardines comme ça, sans réagir...bon, une chose est sure : point de sardines à l'huile pour moi ce midi...disons que même si j'en avais eu envie (ce qui n'est pas le cas), tu m'en as fait passer l'envie...je dirais même que pour le moment, je les ai dans le nez...après la bonne odeur d'Archambaud, ça pue la sardine à l'huile...pauvres petites, qui n'ont rien demandé à personne :-(

    RépondreSupprimer
  8. C'est très amusant ce poéme - Moi j'aime les sardines à l'huile entre deux tranches de baguette croustillante encore un peu chaud - Bonne soirée - bisous

    RépondreSupprimer
  9. J'adore les sardines à l'huile et j'en mange souvent. La prochaine fois, grâce à toi, j'aurai une pensée émue pour elles.
    Ecrire un poème sur les sardines en boîte, fallait y penser ! Tu as toujours le chic pour trouver des poèmes insolite.

    RépondreSupprimer
  10. une belle découverte !! un auteur inconnu pour moi-
    bel humour et réalisme- les deux mon capitaine-
    merci Evelyne- bisous-

    RépondreSupprimer
  11. Pourrai-je manger encore des sardines, je ne les regarderai plus tout à fait pareil!! Quel cruauté!! Ah!Ah!

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email