dimanche 2 octobre 2016

REEDITION AVEC NOUVEAUX LIENSLes émigrants, d'Eugène Laermans pour le tableau du samedi de Lydie

J'ai des copinautes fins limiers!elles ont dû faire leurs classes l'une avec Sherlock Holmes, l'autre avec Tintin!
Cerise violette
http://pointsdecerise.canalblog.com/ 
me dit où trouver le triptyque:


et Clio

m'a envoyé les trois volets de cette peinture et me met en commentaire ce qui suit:
"On dirait que l’ensemble doit se “lire” de droite à gauche :


- les paysans quittent le village, présence du curé  ....


- ils sont sur les routes


- ils arrivent au port que l’on voit dans le lointain ...Anvers ? bien possible."
mesdames merci!c'est un plaisir d e vous "connaitre" et votre regard m'est précieux....
Francine avec plaisir d'autres détails sur ces grandes vagues migratoires belges!
 

 Article initial:

Je voulais vous montrer le triptyque  Les Émigrants, de 1896, huile sur toile, , volet gauche: Vers le port; volet droit : Adieux et panneau central: Dernier regard.

Je l'ai vu reproduit à petite échelle en illustration d'une expo sur l'émigration belge des siècles derniers.
Or je ne réussis pas à le trouver sur le net où ne semble représenté que le panneau central.
C'est une oeuvre d'Eugène Laermans ,peintre belge,1864/1940,qui , surtout, peignit les ouvriers et les paysans ,leur vie misérable et les conflits sociaux qui en ont découlé.
Dans ce morceau d e triptyque, la foule des migrants belges  arbore des couleurs éteintes,des vêtements pauvres mais dignes et ne portent que de maigres baluchons ou rien, le paysage alentours au jour qui  se lève (ou peut être se couche?) semble éteint lui aussi.
Certains sont en sabots, d'autres nus pieds,certains ont des chiens, des enfants,des petits dans les bras...
Dans la foule, il y en a qui marchent droit vers un futur où ils mettent leur énergie et leurs espoirs, d'autres regardent longuement le paysage qu'ils quittent, comme pour s'en rassasier tant que possible, d'autres jettent un regard en arrière...
Si entre deux maux il faut choisir le moindre, le choix n'en est pas un....


Dans la semaine qui vient je trouverai bien un moment pour vous parler d e plus près des expos sur l'Europe et les émigrants que j'ai vues ces derniers jours....

20 commentaires:

  1. Tableau qui n'a pas du tout vieilli malheureusement.

    RépondreSupprimer
  2. l'Histoire est un éternel recommencement

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour élargir nos connaissances et partager tes expos; comme ça je vis à la campagne comme si je vivais en ville!! bises!

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce partage
    Tes explications sont passionnantes !
    Bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
  5. jamais facile de trouver pour mettre un com- et ton lien ??
    roo
    un très beau tableau qui résume la souffrance de l'exil !!
    les enfants, les chiens, jeunes et vieux partent !
    merci pour cette belle présentation - bisous-

    RépondreSupprimer
  6. Un superbe tableau, Evelyne ! Magnifique participation ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  7. Hélas, c'est à croire que l'humanité n'en finie pas de s'évertuer à pousser l'autre sur les routes.
    Belle toile, qui malheureusement est toujours d'actualité.
    Bises

    RépondreSupprimer
  8. Coucou chère Evelyne.J'ai reçu la newsletter très tard hier soir et me suis promis de te répondre ce matin.
    J'ai lu ta difficulté à trouver le triptyque en entier ....Je viens de le trouver dans "Images" ...Mon Google est belge (gros smile) .
    Avant de continuer mon com je traite l'image et te l'envoie par mail.
    Ainsi tu pourras le mettre au plus vite.
    A plus ....Gros bisous...Francine.

    RépondreSupprimer
  9. Voilà, le mail est envoyé avec 3 pièces jointes.
    L'époque décrite est une période de grande pauvreté et de famine un peu partout en Europe : en France, comme en Belgique, et aussi en Irlande, par exemple.
    Ce fut une période de nombreux départs vers l'Amérique notamment.
    Eugène Laermans est en effet un peintre belge très connu qui a peint de nombreuses scènes rurales.
    A la même époque, Van Gogh peignait aussi la misère de son époque "Les mangeurs de pommes-de-terre" ou des scènes dans le Borinage (région proche de Mons) où il était pasteur (Cuesmes).
    Gros bisous ma chère Evelyne. Clio

    RépondreSupprimer
  10. Dans le contexte actuel, si ce n'est pas la pauvreté, ce sont les guerres qui poussent les gens à fuir leur pays, comme lors des 2 conflits mondiaux.
    Que de tristesse, de désespoirs de toutes sortes !!!!
    Et la mémoire collective est bien courte ....!
    Merci à toi pour ce document et cet article.
    Francine.

    RépondreSupprimer
  11. Comme c'est parlant . De petites touches pour un grand drame ...
    Cela m'étreint .
    Bisous

    RépondreSupprimer
  12. Quel magnifique tableau, tellement émouvant ! En plus, j'ai eu la chance de l'admirer il y a quasiment un an à Bruxelles. En vrai, il est encore plus poignant.
    Hélas, ce sujet reste encore et toujours d'actualité.

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Mamaz. Je découvre Eugène Laëmans et son magnifique triptyque grâce à toi, Cerise et Clio, merci beaucoup pour ton commentaire explicatif. Bizzz, Evelyne.

    RépondreSupprimer
  14. C'est la violence et/ou la faim qui met les gens sur les routes. Toutes les migrations s'expliquent ainsi.

    RépondreSupprimer
  15. Superbe. L'entonnoir, le boulot d'étranglement, d'une rive à l'autre, je confirme toujours aussi actuel.

    RépondreSupprimer
  16. Très intéressant !
    Il y a toujours eu des migrants, il es tbon de se le rappeler et de savoir les accueillir...Ce n'est pas un choix, c'est par obligation qu'ils quittent leur pays

    RépondreSupprimer
  17. Un éternel recommencement !!!! très beaux tableaux - Bonne soirée - Bisous

    RépondreSupprimer
  18. L'histoire se répète et à chaque fois c'est la même surprise.
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  19. C'est un tableau émouvant que tu nous expliques avec brio...

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email