mardi 27 septembre 2016

SPLEEN pour la poésie du mardi chez Lydie et Victor

Spleen

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Baudelaire 


j'ai présenté ce poême au bac,je l'avais mis sur ma liste de poèmes choisis(non imposés)..Noir,bien noir....écrit probablement en phase dépressive, Baudelaire étant bipolaire et drogué,si ses mots sont sublimes ,sa vie ne l'était pas toujours!.... Quelle force suggestive!et quelle souffrance!j'en ai des frissons dans le dos....

13 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ça fait plaisir de relire un si beau texte !

      Supprimer
  2. un de mes poèmes préférés je le connais encore (presque) par coeur !

    RépondreSupprimer
  3. oui un poème d'où se dégage la souffrance morale !!
    pas réjouissant mais très beau ! être dérangé et faire de si beaux poèmes c'est incroyable- l'art !!
    bonne fin de journée-

    RépondreSupprimer
  4. Il est dans la vie des êtres qui éprouvent une solitude inguérissable parmi la foule ... et rien ne peut les sortir de ce gouffre moral où il s'enfoncent peu à peu

    RépondreSupprimer
  5. Je crois que je l'avais appris par coeur il fut un temps. J'avais découvert Baudelaire et je m'en gavais.

    RépondreSupprimer
  6. Beau texte ! Tu as fait un très bon choix Evelyne ! Bonne toute fin de ce jour ! Amitiés♥

    RépondreSupprimer
  7. De la profonde déprime voire limite mal de vivre... je connaissais ce poème pour l'avoir lu, mélancolie sans cause précise, ce qui s'appelle se mettre la rate au court bouillon, merci... bises

    RépondreSupprimer
  8. Comme tu le dis ce poème de Baudelaire fait froid dans le dos...

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Evelyne. Oui, Baudelaire, des poèmes superbes, dont "ce Spleen" ; mais quelle vie difficile et ravagée !!!!
    Je te fais de gros bisous *** Francine (Clio)

    RépondreSupprimer
  10. Beau poême de Baudelaire qui effectivement devait être en pleine déprime - bonne soirée - Bisous

    RépondreSupprimer
  11. Oui, on sent à la fois une souffrance et un talent immenses dans ces mots si suggestifs. Merci de me remettre ainsi en mémoire ce poète que j'aimais tant pendant mes années de lycées mais oublié, depuis, dans le quotidien de la vie.

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email