mardi 25 juillet 2017

Pablo Neruda pour la poésie du mardi de Lydie

un petit passage ici pour vous présenter un beau poème (à mon avis) de Pablo Neruda


Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l'habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu'il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n'a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!

Risque-toi aujourd'hui!

Agis tout de suite!

Ne te laisse pas mourir lentement!

Ne te prive pas d'être heureux!
 
 
............................................... 
 
 C'était ma participation ponctuelle au mardi de poésies de Lydie...En vous souhaitant de croire en vos rêves et de  vivre vos passions...@bientôt ici ou sur vos blogs...



14 commentaires:

  1. Coucou mamaz'oui je le connaissais et ma foi comme il a raison... !! Prenons en de la graine, bon mardi zen et heureux, bises

    RépondreSupprimer
  2. Très beau poème. Qui donne goût à la vie.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Evelyne. C'est un très beau poème. Il faut effectivement oser changer ses habitudes, ne pas céder à la routine. J'espère que tu vas bien. Tu gardes sans doute tes petitous. Bisous et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  4. ha de retour !!
    j'en avais besoin lol pour le poème du mardi !!
    un beau texte que beaucoup devraient accrocher chez eux !!
    merci Mamaz ! bon retour-
    bisous -

    RépondreSupprimer
  5. Beau poème qui incite à la vie.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  6. Quel bon choix Evelyne ! J'♥ beaucoup ! Bon mercredi ! Bisous♥

    RépondreSupprimer
  7. Très beau texte de Pablo Neruda, très vrai aussi!
    J'espère que tu vas bien. Temps gris today , on a besoin d'eau mais pas très gai pour les campeurs de la région
    Bonne journée à Toi!

    RépondreSupprimer
  8. Beau poème c'est vrai. Oser prendre des risques peut-être. Mais je suis plutôt d'accord avec Brassens "mourir pour des idées d'accord, mais de mort lente" ... et je suis sans voix à la mort absolument stupide (pas elle, la mort) de la philosophe Anne Dufourmantelle vendredi dernier par noyade pour avoir voulu porter secours à des enfants dans une mer avec drapeau rouge (interdite à la baignade en raison du danger) !
    http://www.lexpress.fr/culture/mort-de-la-philosophe-et-psychanalyste-anne-dufourmantelle-a-53-ans_1929696.html
    bises

    RépondreSupprimer
  9. Il est peut être déjà mort celui qui ...
    Ouf , je te retrouve . Tu n'as pas le droit de m'inquiéter ainsi .
    Bisous et bonnes mamavacances

    RépondreSupprimer
  10. ce bel hommage à la mort lente par l'inaction, est un peu en convergence avec le thème de mon billet qui paraîtra demain sur
    http://melimelojarjille.canalblog.com/


    dont extrait ci dessous :
    -Bizarrement, une pensée de Picabia me revint
    «Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. » -

    RépondreSupprimer
  11. Muere lentamente
    quien no viaja
    quien no lee
    quien no escucha musica....
    Il existe une polémique à propos de ce poème qui serait de Martha Medeiros, poétesse brésilienne, attribué par erreur à Pablo Neruda.

    RépondreSupprimer
  12. Je suis un lecteur régulier de tes articles, j’aime la précision et le ton de ton poème. Tenez-moi au courant des prochaines publications.

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email