mardi 28 mars 2017

Bernard Dimey pour le poème du mardi chez Lydie

Bernard Dimey(1931/81),il y encore quinze jours, j'ignorais tout de lui.C'est Marcel,du blog
http://baladesbuissonnieres.blogspot.fr/
qui me l'a mentionné dans un de ses coms ...
En recherchant sur le net, honte à moi , je me suis aperçu que ce monsieur avait été un grand compositeur auprès des plus grands interprètes,je citerai juste qu'il fut le parolier de "Syracuse"!....voyez dans le lien ci dessous,aussi, dans sa biographie...
http://dimey.online.fr/v2/spip.php?article29


Faut il le préciser,le poème que j'ai choisi parmi ceux lus sur la toile, n'est pas le reflet de ce qu'il pensait(d'après ce que j'ai retenu de mes lectures sur le net....)...mais ces vers foutent  une grande baffe!on dirait une balade au zoo...ou les paroles d'un négrier il y a 3 siècles devant la beauté exotique d'un petit négrillon qui décorerait bien son salon d'apparat...ou celui d'un grand seigneur sur ses terres face à ses manants....ou celles de tous ceux qui,délicieusement apeurés, défilèrent devant les Kanaks cannibales(!!!!) "in live" à l'exposition coloniale de Paris en 1931....***ou....ou.....


les pauvres/Bernard Dimey
Les pauvres sont charmants, pour peu qu’on les approche.
La plupart sont polis, j’en ai vu de tout près.
Bien sûr, j’avais un peu de monnaie dans ma poche
Mais ils n’en savaient rien, je n’ai donné qu’après.

Les pauvres sont curieux, le travail les attire,
Y compris les métiers fort sales et rebutants.
Je crois qu’ils ont raison, l’oisiveté c’est pire !
Ils se plaignent, c’est vrai, mais ils sont très contents.

Au fond, la pauvreté c’est un genr’ qu’ils se donnent.
La preuve : j’en ai vu sourire à pleines dents !
Pour nommer leur épouse, ils disent la patronne
Pour tout dire en un mot, les pauvres sont tordants.

La plupart sont très laids, à force d’être sales,
Que leurs têtes ressemblent aux têtes d’ouvriers
Qui, ceux-là, sont affreux, n’aimant que le scandale,
Prêts à n’importe quoi pour être mieux payés.

Mon Dieu, ceux-là, bien sûr, sont de fort mauvais pauvres,
Ils sont mal éduqués, ils se battent entre eux,
Lorsque j’en aperçois, je prends peur, je me sauve.
Qu’ils soient dans la misère, ces monstres-là, tant mieux !

Mes pauvres à moi sont doux, sont souriants, sont timides.
Ils se vantent bien haut d’aimer Notre Seigneur.
Certes, beaucoup d’entre eux sont à moitié stupides,
Mais ils n’y sont pour rien ! C’est presque mieux d’ailleurs.

Leurs enfants, quelquefois, ont de beaux yeux si tendres
Qu’on peut émerveiller avec n’importe quoi.
J’ai souvent regretté qu’ils ne soient pas à vendre,
J’en aurais acheté pour les mettre chez moi.



***lire "Cannibales",Didier Daeninckx


13 commentaires:

  1. Ca me dit vaguement quelque chose ce nom... ah si l'auteur de Syracuse que j'adore ! Et ce poème, un peu cruel sur les bords, surtout la fin, mais j'aime ce qu'il en fait du pauvre sieur... merci, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand auteur. J'en ai lu il y a un temps, entendu dit sur scène. Très juste son propos.

      Supprimer
  2. J'ignorais tout de lui comme toi, mais je crois reconnaître ce poème lu sans doute quelque part dans un manuel de français avec les élèves, sans doute...C'et bien de continuer ainsi à nous ouvrir les yeux, Mamaz!!! bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne le connaissais pas non plus. Un peu grinçant, exprès...

      Supprimer
  3. Quel bonheur de retrouver un Haut-marnais, et pas n'importe lequel sous ta plume ! Ses poèmes méritent d'être connus, incisifs, sans concession, sans langue de bois. Je ne connaissais pas celui-là mais c'est bien son style reconnaissable entre mille. Ce n'est certes pas le plus aigre, il en est d'autres bien plus acides mais à notre époque de bisounours et de cul bénits on se garde bien de les faire connaître. Merci Mam' et belle soirée.

    RépondreSupprimer
  4. coucou tardif--
    un beau poème !! pas une langue de bois-
    ça ferait une belle chanson pour Renault ou autre chanteur engagé-
    bonne soirée -

    RépondreSupprimer
  5. Edifiant ! je l'aime, je l'ai aimé, je l'aimerai toujours Bernard Dimey. A lire à voix très haute sur la place publique .
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connaissais pas du tout ... oupsss ...
    Des mots qui hélas reflètent une réalité (et pas sure que ce ne soit QUE d'il y a 3 siècles)
    Merci pour la découverte très intéressante.
    Bisous ...

    RépondreSupprimer
  7. Très beau poème, Evelyne !Bon matin de ce mercredi ! Bisous♥

    RépondreSupprimer
  8. J'ai suivi ton lien et lu quelques uns de ses poèmes car je ne le connaissais pas. Beaucoup de talent ! Bisous

    RépondreSupprimer
  9. Alors je me réjouis que tu l'aies découvert car j'aime bien ce chanteur bises

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email