samedi 9 mai 2015

Double achat à Nantes pour le tableau du samedi et à la mémoire de la traite esclavagiste

Le 10 mai 2015 est la 10° journée nationale des mémoires de la traite,de l'esclavage et d e leur abolition.
je vous avais présenté le mémorial d e Nantes sur mon blog chez OB.
Aujourd'hui pour le tableau du samedi je vous présente les achats récents d e la ville de Nantes à cette occasion.Pour la petite histoire Nantes a usé de son droit d e préemption (comment est c e possible dans quel cadre et quelle limite, je ne sais pas...)Voici ce que j'ai trouvé sur le site d'interenchères

je cite:"Une page de l’histoire nantaise préemptée à 30 000 euros


Ce double portrait des époux Dominique et Marguerite Deurbroucq, commanditaires de l’hôtel particulier éponyme sur l’Ile-Gloriette à Nantes au XVIIIe siècle, a été préempté mardi 2 décembre 2014 par le musée nantais du Château des Ducs de Bretagne à 30 000 euros, lors d’une vente de la maison Couton Veyrac et Jamault.
« Compte tenu de la qualité iconographique de ces deux huiles sur toile (de 144,5 par 112,5 centimètres) et de la politique d’acquisition du musée, dont les achats sont toujours ciblés et liés à l’histoire de la ville de Nantes, cette préemption était attendue. Ses collections ne comportent en effet qu’un seul portrait d’armateur nantais, beaucoup plus classique que les représentations des Deurbroucq, exceptionnellement immortalisés dans leur environnement quotidien. Alors que Monsieur est en plein travail, son épouse prend un chocolat chaud dans son salon. Il s’agit d’un véritable manifeste de la réussite sociale nantaise », confie Maître Bertrand Couton. La ville de Nantes retrouve ainsi une page de son histoire." fin d e citation


ces deux tableaux portent toutes les marques de réussite sociale d e l'époque (armateurs négriers, à Nantes=puissance et gloire)
on notera qu'avoir des esclaves noirs (chacun le sien) est une marque d e notabilité,de richesse  et vous assoit une renommée...Ces deux tableaux sont d e l'auto promotion,il est bon d e montrer la richesse de ses vêtements, de ses bijoux,de ses meubles et décorations, sa culture,la riche élégance de ses habitudes (le chocolat chaud était  encore un produit d e grand luxe) et l'acquisition de ses nègres au même titre ni plus ni moins que celle du perroquet exotique de madame ou celle des riches reliures dans la bibliothèque....
so chic!!!!!

en faisant des recherches sur les dits tableaux, je suis tombée sur un descriptif captivant de la Gazette Drouot, à lire ici:

Pour ceusses que çà intéresseraient,et qui seraient dans le coin, les deux tableaux sont visibles gratuitement au Château des ducs du 8 au 25 mai, je ne les ai pas encore vus "en vrai"


26 commentaires:

  1. je ne suis pas trop fan de ce style ! bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. ah mais moi non plus....je ne voudrais pas de tableaux de ce genre chez moi.Mais d'un point d e vue historique ce sont des pièces qui nous apprennent qu'il était bon, à Nantes, d'armer d es navires et faire la traite négrière et revenir étaler ses richesses acquises de cette façon terrible!Bisou et bon week end

    RépondreSupprimer
  3. Ouf de nos jours c'est la Rollex signe de réussite... s'approprier les autres à son service, surtout des gens noirs, quelle manque de considération pour cette race... qui en vaut une autre, merci Evelyne !! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ris en lisant la rollex...ah ben non je ne ris plus, je crois bien que j'ai perdu la mienne! ;))

      Supprimer
  4. Il est important de se remémorer de ce passé là. Parce que certains y retourneraient bien... Merci pour le partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh oui, la traite prend d'autres visages (ou gard e le même dans certains pays), hélas pas morte

      Supprimer
  5. Bonsoir Evelyne. Super article concernant ces tableaux mais aussi ta ville ... -;)
    J'ai lu un livre, Le roman de Sophie Trébuchet (mère de Victor Hugo), dans l'auteure raconte l'activité de Nantes en tant que port négrier.

    "Le timbre" a fait l'objet de 2 articles déjà ; il y avait tellement longtemps que j'y pensais ...

    Gros bisous ... Francine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as le titre du livre, Clio?
      oui suis allée te lire comme tu as vu, et merci , c'est passionnant,bisous du lundi apparemment ensoleillé

      Supprimer
  6. oups ...j'ai oublié un mot ... "dans lequel l'auteure..." ... désolée !!!!!!

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir,

    Ne pas laisser partir le patrimoine, une bonne idée, raconter la vie, le passé de la ville par les tableaux, aujourd'hui les photos, est toujours un enrichissement culturel. En plus avec l'évocation des négriers, il ne faut pas oublier, ni passer sous silence.
    Bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
  8. bonsoir !!
    le premier tableau est représentatif de l'esclavage , il me plait beaucoup !!
    c' est bien que Nantes l'ai acheté , il ne partira pas au qatar-
    30 000 € c'est le prix de certaines voitures, je trouve la somme peu élevée pour deux tableaux ?
    merci pour cet article très intéressant- je suis de ceusses qui habitent un peu loin pour aller le voir-
    j'aimerais bien- j'adore !!
    bonne soirée-

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui un peu loin, Lydie...ah j'ai pensé à toi,il y avait samedi (ou vendredi) un polar qui s e passait à Carcassonne et parlait d e l'abbé Saunier

      Supprimer
  9. Bonjour Evelyne, je te fais un mini cours d'histoire belge à la suite de ton com -:) ...
    La neutralité de la Belgique lui avait été imposée par les "grandes puissances" en échange de la reconnaissance de son indépendance en 1830. Belgique = état très stratégique malgré sa petite étendue.
    Le Kaiser n'a jamais cru qu' Albert 1er ne le laisserait pas "traverser" son pays pour aller envahir la France, histoire de contourner les défenses françaises à l'est . Du coup, le Kaiser, furax, a fait massacrer bon nombres de villes et leurs habitants en entrant en Belgique , qui ne voulait pas le laisser passer.
    Je rappellerai ceci dans un autre article ; merci à toi de m'y avoir fait penser.
    Par contre, les Pays-Bas se sont abstenus de toute implication et n'ont pas été occupés de 1914 à 1918 .
    Gros bisous **** Francine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ignorais tout de çà, Clio, mais çà m'intéresse, continue

      Supprimer
  10. Des témoignages de ces armateurs Nantais, négriers. Ces tableaux me déplaisent fortement, surtout le second avec le chien qui doit être mieux traité que le domestique. Bordeaux a fait fort aussi dans ce domaine. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à moi aussi ils déplaisent mais pour une fois je n'ai pas mis des tableaux que j'aimais mais des tableaux représentatifs d'une époque...Bordeaux et Nantes jumelles sur certains points, en effet....un autre plus gai:notre miroir d'eaux est en bonne voie, les travaux avancent , semble t il^^

      Supprimer
  11. La valeur historique de ces tableaux est incontestable et la ville a certainement bien fait de les acheter.
    Bonne soirée Mamazerty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il faut garder les "preuves" des ignominies du passé

      Supprimer
  12. Florence - Testé pour vous
    J'ai lu le descriptif de la gazette Drouot et c'est vraiment très intéressant...Nantes a su reconnaître son passé, ses commerces d'hommes, de femmes et d'enfants...faisant sa richesse en transport (trafic) d'esclaves...mais Nantes n'a pas renié son passé et c'est une très bonne chose...
    Bravo pour ces articles qui sont passionnants...Passe une très bonne journée Evelyne et n'abuse pas du chocolat..

    RépondreSupprimer
  13. J'aime beaucoup le rendu de la robe de cette dame. Comme quoi, des tableaux peuvent être beaux sur la forme tout en restant horribles sur le fond et le discours transmis.

    RépondreSupprimer
  14. Pour la préemption, il faut que ça corresponde au programme scientifique de l'institution qui préempte (musée, bibliothèque, service d'archives). Le prix est celui du dernier acheteur, le conservateur (ou son représentant) présent dans la salle se lève et préempte. Il peut aussi y avoir un retrait de la vente et un achat de gré à gré (mais dans ce cas, ce n'est pas une préemption). Un autre outil est le classement parmi les trésors nationaux. Dans ce cas, l'objet peut être vendu mais ne peut pas quitter le territoire... Bon, pas min style non plus, ces tableaux, mais ils entrent bien dans la problématique de la mémoire de l'esclavage.

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email