mardi 25 juillet 2017

Pablo Neruda pour la poésie du mardi de Lydie

un petit passage ici pour vous présenter un beau poème (à mon avis) de Pablo Neruda


Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l'habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu'il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n'a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!

Risque-toi aujourd'hui!

Agis tout de suite!

Ne te laisse pas mourir lentement!

Ne te prive pas d'être heureux!
 
 
............................................... 
 
 C'était ma participation ponctuelle au mardi de poésies de Lydie...En vous souhaitant de croire en vos rêves et de  vivre vos passions...@bientôt ici ou sur vos blogs...



mardi 6 juin 2017

PIANO

dans les temps qui suivront je viendrai
piano,piano


et même ....pianissimo.....

poèmes en chanson pour MCO de Clio

Pour ce défi de Musique à coeur ouvert,cette fois il faut donner des poèmes mis en musique....
bon, je commence....pim poum....çà sera toi qui seras le roi ...ou la reine....
D'après un poète breton anonyme pour les funérailles d'Anne de Bretagne,"si mort a mors" des Tri Yann
  
Si les matins de grisaille se teintent
S'ils ont couleur en la nuit qui s'éteint
Viendront d'opales lendemains
Reviendront des siècles d'or cent fois mille et mille aurores encore.
Si mort à mors duchesse, noble Dame
S'il n'en sera plus que poudre de corps
Dorme son cœur bordé d'or
Reviendront les siècles d'or cent fois mille et mille aurores encore.
Si moribonds sont les rois en ripaille
Si leurs prisons sont des cages sans fond
Viennent l'heure des évasions
Reviennent des siècles d'or cent fois mille et mille aurores encore
Si mort à mors duchesse, noble Dame
S'il n'en sera plus que poudre de corps
Dorme son cœur bordé d'or
Reviendront les siècles d'or cent fois mille et mille aurores encore.
Si mille soleils de métal prennent voile
Dix mille soleils de cristal font merveille
Viennent des lueurs de vermeil
Reviennent des siècles d'or cent fois mille et mille aurores encore
Si mort à mors duchesse, noble Dame
S'il n'en sera plus que poudre de corps
Dorme son cœur bordé d'or
Reviendront les siècles d'or cent fois mille et mille aurores encore.
Si mille brigands à l'encan font partage
Dix mille enfants des torrents font argent
Viennent des fleurs de safran
Reviennent des siècles d'or cent fois mille et mille aurores encore
Si mort à mors duchesse, noble Dame
S'il n'en sera plus que poudre de corps
Dorme son cœur bordé d'or
Reviendront les siècles d'or cent fois mille et mille aurores encore.

Rappelle-toi Barbara/Prévert-1946-

 Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
É panouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t'ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N'oublie pas
Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m'en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j'aime
Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s'aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N'oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l'arsenal
Sur le bateau d'Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu'es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d'acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n'est plus pareil et tout est abimé
C'est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n'est même plus l'orage
De fer d'acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l'eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.

Jacques Prévert, Paroles




 et Aragon ,une de mes préférées ,j'entends encore mon père la chanter...



Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n'y a pas d'amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu'on avait habillés pour un autre destin
À quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n'y a pas d'amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n'y a pas d'amour heureux

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n'y a pas d'amour heureux.

Superbe complainte moyen-âgeuse que celle de Rutebeuf,mise en musique par Léo Ferré et presque en texte,puisqu'il a pioché dans l'oeuvre du poète de quoi fournir un beau texte contemporain....J'aime la version Joan Baez....

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est advenu
Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné, le roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul quand bise vente
Le vent me vient, le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta





Je finis, mais je pourrais continuer avec les grands de chez grands, Brassens, Ferrat, Montand,Ferré,etc...allez, soyons primesautière,.avec la blonde alors ravageuse qui minauda si bien (?) sur le poème Sidonie a plus d'un amant de Charles Cros....(perso je préfère sans elle et sa voix de godiche, le texte du poème est assez drôle et irrévérencieux pour se suffire à lui même....mais ....çà se discute,ce n'est que mon avis....)



Sidonie a plus d'un amant 
 
Sidonie a plus d'un amant
C'est une chose bien connue
Qu'elle avoue elle fièrement
Sidonie a plus d'un amant
 

Parce que pour elle être nue
Est son plus charmant vêtement
C'est une chose bien connue
Sidonie a plus d'un amant

Elle en prend à ses cheveux blonds
Comme à sa toile l'araignée
Prend les mouches et les frelons
Elle en prend à ses cheveux blonds

Vers sa prunelle ensoleillée
Ils volent pauvres papillons
Comme à sa toile l'araignée
Elle en prend à ses cheveux blonds

Elle les mène par le nez
Comme fait dit-on le crotale
Des oiseaux qu'il a fascinés
Elle les mène par le nez

Quand dans une moue elle étale
Sa langue à l'allure étonnée
Comme fait dit-on le crotale
Elle les mène par le nez

Elle en attrape avec les dents

Quand le rire entrouvre sa bouche
Et dévore les imprudents
Elle en attrape avec les dents

Sa bouche quand elle se couche
Reste rose et ses dents dedans
Quand le rire entrouvre sa bouche
Elle en attrape avec les dents

Sidonie a plus d'un amant
Qu'on le lui reproche ou l'en loue
Elle s'en moque également
Sidonie a plus d'un amant

Aussi jusqu'à ce qu'on la cloue
Au sapin de l'enterrement
Qu'on le lui reproche ou l'en loue
Sidonie aura plus d'un amant

 
      Charles CROS in Le Coffret de santal

................................................................................................................

J'ai mis les paroles à chaque fois, chanter çà fait du bien!

mercredi 31 mai 2017

libéralisation de la pilule, c'était il y a (presque )50 ans/pour le défi de Khanel

Pour le défi (date historique/évènements) de Khanel ce mois ci, j'avais choisi plutôt des évènements pas réjouissants à rappeler.
Mais pour finir en beauté, en tant que femme comme en tant que mère, je veux ici célébrer les presque 50 ans de la libéralisation de la pilule contraceptive.(fin décembre cette année).
Un grand pas pour la Femme et pour l'Humanité.
Certes, on peut tomber enceinte sous pilule, certes c'est un pis-aller, car pas très bien supporté par tous les organismes, certes c'est même interdit pour des raisons de santé à certaines femmes, certes c'est ENCORE les femmes qui s'y collent et contrôlent ou pas leur fertilité ou celle du couple...et quand elles se retrouvent enceintes malgré tout, culpabilité et culpabilisation....

Mais c'est mieux que les aiguilles à tricoter ou les abandons sous X,ou ,plus soft, les ligatures de trompes interdites jusqu'en...????pour motif contraceptif et parfois déguisées sur le papier en opération de l'appendicite...


Rien n'est gagné...
Restons en alerte...
en alerte rouge! 

un extrait "légal", venant de là:
http://www.assemblee-nationale.fr/13/evenements/1967_legalisation_pilule/


 début du copié-collé:
"La légalisation de la pilule, en 1967, fut un des grands moments de la vie parlementaire sous la Ve République. Député gaulliste de la Loire, Lucien Neuwirth [Tables nominatives des interventions de M. Lucien Neuwirth devant l'Assemblée nationale] déposa sa proposition de loi le 18 mai 1966, jour de son quarante-deuxième anniversaire : traité de « fossoyeur de la France » par ses adversaires, il voulut ainsi marquer symboliquement son respect de la naissance. Une commission spéciale, constituée le 11 juin 1966, entendit jusqu’au 17 novembre les autorités religieuses, les associations concernées, des scientifiques comme les professeurs Monod et Jacob, mais aussi l’économiste Alfred Sauvy et le sociologue Pierre Bourdieu. Examiné par l’Assemblée nationale en première lecture le 1er juillet 1967, le texte fut définitivement adopté le 19 décembre 1967. Le général de Gaulle le promulgua le 28 décembre 1967 de Colombey-les-Deux-Églises, où il passait les fêtes en famille."(fin du copié-collé)


C'était ma dernière participation au défi de mai puisque nous voila en juin demain^^ 


Messoye vu par le net,pour la cour de récré de JB

MESSOYE....que nous dit le net(https://1mot.net/messoye) -en gras noir dans le texte ci dessous- sur ce prénom de coquette?

.................................................................................................................................

Le mot MESSOYE n'est pas valide au scrabble.

OK mais dans la vie, si! validé au moins par les parents de Messoye



Aucune anagramme mais à la naissance quelques kilogrammes

Aucun cousin des cousines, peut être?pour partager les bêtises et les fous-rires....

Aucun lipogramme veinarde!pas de graisse!ne prend pas un gramme!!!!

Aucune épenthèse non, je n'ai vraiment aucune hypothèse sur l'origine de ce prénom

Aucun suffixe elle se suffixe à elle même,sa vie=tout un poème!

Aucun "pré  fixe" cette nana là mange à tous les râteliers!

Pointage au scrabble:Zéro, invalide:avec son esprit follâtre, vous la voyez jouer au scrabble, vous?elle ne se pointe jamais à l'heure à un rendez-vous,Messoye, c'est le point d'interrogation personnalisé!!!

 

mardi 30 mai 2017

Liliane Wouters, pour le poème du mardi chez Lydie

.(....)
à cet enfant je lègue devant
Dieu, devant

les hommes et mon chien, devant le jour vivant
(qui n'est que parce que je suis et qui mourra
comme je meurs) je lègue, pour autant que se pourra,
pour autant qu'il en fasse usage en lieu et place
de moi, ses père et mère en un seul être pris,
je lègue tous mes biens de chair, d'esprit,
de temps toujours compté et d'illusoire espace :
le coin de ciel que j'ai scruté en vain, l'arpent de terre où j'usai mes semelles, les quatre murs entre quoi je me tins, les six cloisons qui leur seront jumelles;
l'argent qui m'est entre les doigts filé
— pour le plaisir que j'eus à le répandre —, le faux savoir qu'on me crut refiler
— pour le bonheur d'aussitôt désapprendre — ;
les jours passés que je n'ai pas vécus, les jours vécus près desquels suis passée, le temps mortel à quoi j'ai survécu, l'heure éternelle et pourtant
effacée ;

l'amour jeté dont j'ignorais le prix, l'amour donné à qui ne sut le rendre, l'amour offert qu'aussitôt je repris, l'amour perdu qu'on voit dehors attendre.
(....)

À l'enfant que je n'ai pas eu
je lègue enfin, pour qu'il en tienne
bien compte, pour qu'il s'en souvienne
par contumace, lorsque sera décousu
l'ourlet de mon passage sur l'étoffe ancienne :
les quinze choses que jamais je n'ai pu faire : courber le front devant plus grand que moi, marcher sur plus petit, montrer du doigt, crier avec la foule, ou bien me taire, reconnaître
parmi les
Blancs le
Noir, choisir dix justes, nommer un coupable, trouver telle attitude convenable, lire un autre que moi dans les miroirs, conjuguer l'amour à plusieurs personnes, résister à la
tentation, blesser exprès, rester dans l'indécis, dire
Cambronne au
lieu de merde, qui est plus français.



Extraits de "Testament" de Liliane Wouters,"Liliane Wouters, née le 5 février 1930 à Ixelles et morte le 28 février 2016 à Gilly,  poétesse, auteur dramatique, traductrice, anthologiste et essayiste belge." dit Wikipédia











lundi 29 mai 2017

le 29 mai 1942,pour le défi de Khanel/3

Jour pour jour il y a 75 ans,en France,le commandement militaire allemand  promulgue une ordonnance  qui interdisait aux Juifs, français et étrangers de zone occupée, dès l'âge de six ans, de paraître en public sans porter l'étoile jaune.Le 7 juin marque son entrée en vigueur avec /grâce à -l'obligeance et la diligence des services français.

http://etoilejaune-anniversaire.blogspot.fr/2016/05/29-mai-1942-mais-que-sest-il-donc-passe.html

que rajouter à çà?


dimanche 28 mai 2017

les fleurs naissent dans les choux...


les mamans sont trop choux?offrons leur le cadeau adéquat!valable aussi pour les papas, les grands parents, bref, tous les farfelus, du moment qu'ils aiment les fleurs...et les choux! un lien -tuto...pas testé...mais je trouve l'idée...étonnante et facile....si çà vous tente....(clic sur "vite on profite des derniers choux...")


 

samedi 27 mai 2017

champ de coquelicots pour le tableau du samedi de Lydie

En avril 1889 (ou 90, suivant les sources où je m'abreuve),Van Gogh à st Rémy de Provence, peint LE CHAMP AUX COQUELICOTS -une huile sur toile, (72,5 x 91cm),un tableau magnifiquement structuré où les coquelicots n'occupent pas la place prépondérante.
En juin 1890,il en peindra un autre complètement différent à Auvers sur Oise, où il a rencontré pendant une semaine son frère Théo.
C'est celui ci que je vous présente,son foisonnement rouge et au contraire, les lignes droites des arbres et le ciel très fort,ce double rythme si particulier au peintre,  correspondent mieux à mon goût du jour.
Un hommage si je puis dire aux coquelicots qui animent les chemins et bords de rues en ce moment par chez moi



CHAMPS DE COQUELICOTS - Auvers-sur-Oise juin 1890, huile sur toile, (73 x 91cm)







vendredi 26 mai 2017


quelques photos d'une rando mi mai dans les marais de l’Épine sur l'Ile de Noirmoutier,Vendée

Carte sommaire l'ile de Noirmoutier Date : 2006 Lieu : Ile de Noirmoutier, Vendée, France Author : Réalisation Pline

Mais mais mais....on y allait pour préparer une rando d'un rando-club, alors pas eu le temps d e photographier beaucoup, ni d e façon toujours significative, encore moins pour rester en arrêt et attendre que les zozios s'habituent à nous et reviennent pas trop loin de l'objectif....


 des marais salants, des chemins, des tapis de fleurs jaunes,non pas de colza, mais de moutarde noire


 et d'angéliques des marais qui sentent si bon quand on coupe leur tige....
des oiseaux pas ravis-ravis de nous voir, des hérons,des avocettes, des canards et d'autres qui n'ont pas daigné présenter leur papier d'identité

 du fenouil sauvage à la forte odeur anisée


 des étiers

Croisés ici et là:des tas de sel et plus loin,des exploitations d'huitres...
 une petite pause café dans un sous bois....
Ensuite pour moi çà s'est gâté, nous avons commencé la balade de bonne heure le matin (le temps de faire la route en passant par le pont vu les marées,et d e trouver le début de la rando),il faisait frais avec un léger vent comme j'aime et un temps un peu couvert ce qui n'a pas empêché de nous mettre en t.shirt à manches courtes,mais vers midi çà a commencé à chauffer....La copine qui connaissait déjà la 2° partie de la rando, cette fois sur Noirmoutier en l'Ile, a eu pitié de moi et de mon manque d'entrain quand il se met à faire plus de 20°...
Du coup, nous avons pique niqué tranquillou .







Puis nous sommes rentrées, cette fois par le Gois, la chaussée submersible de plus de 4km qui relie l'ile au continent, à ne prendre qu'après avoir vérifié les horaires de marée,évidemment:
https://www.passagedugois.com/

Si vous voulez voir de très belles photos de l'Ile et trouver les commentaires d'une connaisseuse et une amoureuse,suivez le lien et si vous y allez, dites lui que vous venez de ma part
http://framboise-pornic.eklablog.com/noirmoutier-c433030
il y en a plusieurs pages^^

jeudi 25 mai 2017

Nantes Méditerranée en 15mn




rocaille méditerranéenne-parc du grand blottereau- Nantes-début mai 2017

mardi 23 mai 2017

le poème des poèmes , pour le poème du mardi chez Lydie

Mon amant est pour moi un sachet de myrrhe; il nuite entre mes seins.
Mon amant est pour moi une grappe de cypre, aux vignobles de 'Éïn Guèdi.
Te voici belle, ma compagne, te voici belle aux yeux palombes.
Te voici beau, mon amant, suave aussi; aussi notre berceau est luxuriant.
Les cèdres sont les poutres de nos maisons; nos lambris, des genévriers.

 (.....)
Comme un lotus parmi les vinettiers, telle est ma compagne parmi les filles.
Comme un pommier parmi les arbres de la forêt, tel est mon amant parmi les fils.
Je désirais son ombre, j'y habite; son fruit est doux à mon palais.
Il m'a fait venir à la maison du vin; son étendard sur moi, c'est l'amour.
Soutenez-moi d'éclairs, tapissez-moi de pommes: oui, je suis malade d'amour.
Sa gauche dessous ma tête, sa droite m'étreint.
Je vous adjure, filles de Ieroushalaîm, par les gazelles ou par les biches du champ, n'éveillez pas, ne réveillez pas l'amour avant qu'il le désire !
Va vers toi-même
La voix de mon amant ! Le voici, il vient !
Il bondit sur les monts, il saute sur les collines.
Il ressemble, mon amant, à la gazelle ou au faon des chevreuils...
Le voici, il se dresse derrière notre muraille !
Il guette aux fenêtres, il épie aux treillages !
Il répond, mon amant, et me dit: Lève-toi vers toi-même, ma compagne, ma belle, et va vers toi-même !
Oui, voici, l'hiver est passé, la pluie a cessé, elle s'en est allée.

Les bourgeons se voient sur terre, le temps du rossignol est arrivé, la voix de la tourterelle s'entend sur notre terre.

Le figuier embaume ses sycones, les vignes en pousse donnent leur parfum.
Lève-toi vers toi-même, ma compagne, ma belle, et va vers toi-même !
Ma palombe aux fentes du rocher, au secret de la marche, fais-moi voir ta vue, fais-moi entendre ta voix !
Oui, ta voix est suave, ta vue harmonieuse.
(...)

Mon amant à moi, et moi à lui, le pâtre aux lotus.
Mon amant à moi, et moi à lui, le pâtre aux lotus.
Jusqu'à ce que le jour se gonfle, s'enfuient les ombres,
fais volte-face, ressemble pour toi, mon amant,
à la gazelle ou au faon des chevreuils, sur les monts de la rupture.
(....)
Te voici belle, ma compagne, te voici belle !
Tes yeux palombes à travers ton litham; tes cheveux tel un troupeau de caprins qui dévalent du mont Guil'ad;
tes dents tel un troupeau de tondues qui montent de la baignade; oui, toutes jumelées, sans manquantes en elles.

Tes lèvres, tel un fil d'écarlate, ton parler harmonieux; telle une tranche de grenade, ta tempe à travers ton litham ;
et telle la tour de David, ton cou, bâti pour les trophées: mille pavois y sont suspendus, tous les carquois des héros.
Tes deux seins, tels deux faons, jumeaux de la gazelle, pâturent dans les lotus.

Avant que le jour se gonfle et s'enfuient les ombres, j'irai vers moi-même au mont de la myrrhe, à la colline de l'oliban.
Toi, toute belle, ma compagne, sans vice en toi.
(...)
Qu'elles sont belles, tes étreintes, ma soeur-fiancée, qu'elles sont bonnes tes étreintes, plus que le vin !
L'odeur de tes huiles plus que tous les aromates !
De nectar, elles dégoulinent, tes lèvres, fiancée !
Le miel et le lait sous ta langue, l'odeur de tes robes; telle l'odeur du Lebanôn !
Jardin fermé, ma soeur-fiancée, onde fermée, source scellée !
Tes effluves, un paradis de grenades, avec le fruit des succulences, hennés avec nards;
nard, safran, canne et cinnamome avec tous les bois d'oliban; myrrhe, aloès, avec toutes les têtes d'aromates !
Source des jardins, puits, eaux vives, liquides du Lebanôn !
Éveille-toi, aquilon ! Viens, simoun, gonfle mon jardin !
Que ses aromates ruissellent !
Mon amant est venu dans son jardin; il mange le fruit de ses succulences.




J'ai choisi des extraits de ce superbe poème pour ses images sensuelles et évocatrices,et la douceur orientale de cet hymne d'amour....
Figurez vous que c'est un extrait de la Bible...Amour profane, amour divin, moi je choisis le profane, c'est "trop beau"...à chacun d'y voir son interprétation.
J'ai choisi la traduction d'André Chouraqui, lien ici:
http://www.andrechouraqui.com/100206


extrait d e l'article de Wikipédia à propos du cantique des cantiques::
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cantique_des_Cantiques#Positionnement

Le Cantique des Cantiques (ou poème des poèmes) revêt la forme d'une suite de poèmes, de chants d'amour alternés entre une femme et un homme (ou même où plusieurs couples s'expriment), qui prennent à témoin d'autres personnes et des éléments de la nature. C'est l'un des livres de la Bible les plus poétiques.
Sa composition est attribuée à un compilateur du IVe siècle av. J.-C. qui y aurait fondu différents poèmes. On a même avancé l'hypothèse que le Cantique des Cantiques ait pu avoir été rédigé par une femme, comme le pense par exemple l'exégète André LaCocque1, étant donné la large place qui y est laissée aux personnages féminins. On retrouve des parallèles à de nombreuses expressions du Cantique dans la littérature du Proche-Orient ancien, notamment dans les poèmes d'amour égyptiens

lundi 22 mai 2017

Pour le défi de Clio,il/elle chante sa ville

Clio souhaite qu'on présente des chansons décrivant une ville,- on peut choisir plusieurs chanteurs/ chanteuses/ musiciens ,

    et trouver pour chacun(e)  une chanson qui illustre "sa" ville , le plus exactement possible

               (celle où il est né, a vécu son enfance ou la plus grande partie de sa vie)


je me suis d'abord dit "waouh, fastoche, les deux mains dans les poches!"
j'ai immédiatement pensé à "il pleut sur Nantes" de Barbara et "je me baladais dans les rues de Nantes" de Oldelaf et Mr D....
ou à "dirty old town" avec les Pogues. 
ou au très beau "Brest" avec Miossec très beau lui aussi .....
oui mais...
çà ne décrit pas une ville mais tout l'affect qui nous y rattache....
Alors j'ai pensé à 
*Nougaro et Toulouse:




*et puis j'ai demandé à Fifille et elle m'a dit:

(Bon...Marc Lavoine est né dans l'Essonne mais qui écrirait une chanson sur Longjumeau, hein????Paris, c'est bon,touche-touche....même si je préfère quand il la chante avec Souad Massi )

* je continue avec le duo Hélène et Jean François, qui font partie du patrimoine de la Loire si j'ose dire....une chanson sur st Nazaire(ils ont plein de belles chansons nantaises, vivant eux même en coeur de Nantes sur une péniche sur l'Erdre mais celles que je connais  ne décrivent pas trop la ville,pffff....)...elle d'Anjou et lui Nantais ,ils ont chanté la Loire pas mal et st Nazaire c'est juste à l'embouchure;çà le fait,non?

Dans la série "peut être que je triche, peut être que je ne triche pas",
*Mélina Mercouri est née à Athenes et chante cette magnifique chanson sur Athènes,un délice émouvant et un hommage à une très grande madame si courageuse!!!
le seul truc, c'est que ne parlant pas grec, j'ignore ce qu'elle dit de sa ville....(chuuuut....chui sûre que Clio non plus ne parle pas le grec moderne....oui mais c'est une pro de google...va t elle me démasquer et m'envoyer au piquet????))


......bon j'ai fait le boulot, m'dame Clio,en français elle est là:
https://www.youtube.com/watch?v=1DG8uNdHWd0 

et tu sais quoi?elle ne décrit pas la ville mais elle est si bouleversante que je la laisse....
na!
en grec c'est plus beau!
en français c'est plus fort parce qu'on comprend et que 40 ans après, il y a eu de quoi déchanter....



dimanche je me lève avec la chanson "dimanche à Bamako" dans la tête;tiens, je te la rajoute ici, car Maryam et Amadou y sont nés....il y a du bonus dans la vidéo, çà met en train pour la semaine....




je finis par 
*les Tri Yann de NANTES ,nés à Nantes,chanson sur une ville de la banlieue nantaise ORVAULT, limitrophe de Nantes y'a pas plus....
Je joins une explication car si on regarde la vidéo, on se retrouve à St Malo et ailleurs , joli comme tout mais hors propos(explication émanant d e leur site)...

Explications de Tri Yann à propos de la chanson "La ville que j'ai tant aimée":


Le groupe Tri Yann est régulirement interrogé sur le lieu qui est évoqué dans les paroles de "La Ville que j'ai tant aimée". Voici donc l'explication suivante qui éclairera les gens intéressés :
La Ville que j'ai Tant Aimée est l'adaptation en langue franaise du titre original "The Town I loved so well" de Martin/Coulter,
la ville ainsi chantée étant Derry (Irlande du Nord) baptisée par les anglais London-Derry.

Le texte de la chanson interprétée par Tri Yann a été écrit par Jean-Louis Jossic et se réfère à la ville d'Orvault (banlieue nantaise)
dont la municipalité de gauche avait à l'époque été battue aux élections et remplacée par une municipalité de droite.

La politique locale en avait été fortement modifiée... c'est ce qu'on appelle la démocratie,
assortie de l'amertume des perdants qui se sont mobilisés pour l'intérêt de tous et qui voient des années d'implication remises en question par la nouvelle équipe en place dont les objectifs sont différents.

Le temps faisant son oeuvre - le couplet " Ils ont tout brisé..." a été modifié au début des années 90 en :
"La rivière scintillait de poissons argentés
Et l'Histoire coulait sur les cailloux du gué,
Écrite à l'encre d'or et de couleurs inventées
Dans la ville que j'ai tant aimée."

TRI YANN 

  Voila pour le thème...T'aimes?
c'était, me semble t'il, ma première participation à Musique à coeur ouvert,l'opération s'est bien déroulée,je n'ai même pas eu mal...

dimanche 21 mai 2017

bien le bonjour d'ici-5/auto portrait

Avant j'étais plutôt comme çà:

 


Mais depuis quelques mois, je serais plutôt comme çà:

et vous?


(avec l'aimable autorisation de Fifille pour la photo 2-la 1° est un bronze de Louis Laubignat intitulé "la brise" devant la mairie de Noirmoutier En l'Ile)

vendredi 19 mai 2017

jeudi 18 mai 2017

Bien le bonjour d'ici-4/non mais, t'as vu ta tronche?elle s' efface!!!!

est ce de l'art ou du cochon?de l'art, apparemment.(désolée, le texte est médiocrement lisible)

rue Lekain, hypercentre de Nantes...tout passe, tout lasse, tout casse,tout s'efface etc etc....

écrire ici votre email