mardi 29 novembre 2016

Christine de Pisan pour le poème du mardi

Une participation en "vieux français" mais pas besoin d'une traduction totale pour en goûter le rythme et l'esprit...



Ballade

 Seulette suis et seulette veux être,
Seulette m'a mon doux ami laissée,
Seulette suis, sans compagnon ni maître,
Seulette suis, dolente et courroucée,
Seulette suis en langueur mésaisée,
Seulette suis plus que nulle égarée,
Seulette suis sans ami demeurée.

Seulette suis à huis ou à fenêtre,
Seulette suis en un anglet muchée,
Seulette suis pour moi de pleurs repaître,
Seulette suis, dolente ou apaisée,
Seulette suis, rien n'est qui tant me siée,
Seulette suis en ma chambre enserrée,
Seulette suis sans ami demeurée.

Seulette suis partout et en tout être,
Seulette suis, où je vais où je siée,
Seulette suis plus qu'autre rien terrestre,
Seulette suis, de chacun délaissée,
Seulette suis, durement abaissée,
Seulette suis souvent toute épleurée,
Seulette suis sans ami demeurée.

Princes, or est ma douleur commencée :
Seulette suis de tout deuil menacée,
Seulette suis plus tainte que morée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 
De triste coeur chanter joyeusement
Et rire en deuil c’est chose fort à faire,
De son penser montrer tout le contraire,
N’issir doux ris de dolent sentiment***,

 
Ainsi me faut faire communément,
Et me convient, pour celer mon affaire,
De triste coeur chanter joyeusement.

Car en mon coeur porte couvertement
 
Le deuil qui soit qui plus me peut déplaire,
Et si me faut, pour les gens faire taire,
Rire en pleurant et très amèrement
De triste coeur chanter joyeusement.


Christine de Pisan (1364-1430)

***=cacher dans un doux rire ma tristesse 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

beaucoup de sensibilité dans ce poème sur le veuvage....


pour savoir qui fut Christine de Pisan, c'est là par exemple:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_de_Pizan 

10 commentaires:

  1. coucou du jour ! passes une belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je le connaissais ce poème, et tu me fais penser à la chanson de Bécaud, y a tjs quelqu'un pour quelqu'un, non ce n'est pas fait pour les chiens le club Med... ;-) sans rire, lorsqu'on perd son compagnon ou campagne de route, c'est le ciel qui vous tombe sur la tête, alors chacun, chacune ses façons de palier au vide de l'absence... merci, bises

      Supprimer
    2. On se sent moins seul à lire ce texte. Désolé de squatter ici je galère à commenter en solo.

      Supprimer
  2. Bonjour Evelyne. J'aime bien la première partie du poème, qui pourrait devenir un exercice de diction, moins la seconde que j'ai eu du mal à lire. Le veuvage doit être bien difficile à vivre. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. j'aime beaucoup ce style ancien-
    une femme c'est encore mieux !!
    je me rappelle l'avoir lu-
    bien beau choix !! merci ! bisous sous la pluie-

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Toute l'expression de la tristesse du à un être cher bien trop tôt parti.
    Je découvre ce poème, merci de ce partage.
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien ton choix, en plus je découvre cette poétesse.
    bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  6. C'est une belle et triste balade que j'ai lu deux fois pour tout saisir - Se retrouver veuve n'est pas facile à vivre - Je pense à ma sœur !!! Bonne soirée - Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Chez toi, les voyages sont tous azimuts, dans le temps et l'espace mais toujours dans un monde profondément humain. Merci de les partager avec nous !

    RépondreSupprimer

et vous, qu'en dites vous?Laissez votre commentaire,merci^^

écrire ici votre email